Conférences

Zélie Martin


Zélie Martin en 1875
Zélie Martin en 1875

Samedi 17 octobre à 11h

Conférence animée par Isabelle Ivon


Thérèse Martin, plus connue sous le nom de Saint-Thérèse de Lisieux, a vu le jour le 2 janvier 1873 à Alençon. La dernière fille du couple Martin, célèbre dans le monde entier, a grandi dans un foyer où Dieu était omniprésent. Ses parents, Louis et Zélie, « Vénérables » depuis 1994, ont été béatifiés les 17 et 18 octobre 2008. Le 18 octobre 2015, soit sept ans jour pour jour après leur béatification, les époux Martin vont être canonisés, et seront dès lors, tout comme leur fille Thérèse, des Saints.

Si la foi était d'une importance primordiale dans le quotidien des Martin, le travail, et plus précisément la dentelle au Point d'Alençon, l'était tout autant. Zélie était fabricante de Point, et le couple, grâce à son labeur, s'est hissé au rang des plus importantes fortunes industrielles de la ville. Ce travail que Dieu a choisi pour elle, Zélie s'y est dévouée corps et âme tout au long de sa vie. Ce quotidien de chef d'entreprise, pan moins connu de son histoire, exigeait une grande compétence et un investissement de tous les instants.

Si la dimension spirituelle est indissociable de la vie des Martin, l'éclairage que nous proposera Isabelle Ivon s'intéressera davantage à Zélie sous l'angle professionnel afin de mieux appréhender son quotidien de fabricante de dentelles. 


La dentelle du dessus au dessous


Samedi 17 octobre à 16h

Conférence animée par Isabelle Ivon

 

Les vêtements permettent de protéger le corps des variations climatiques tout en préservant la pudeur. A la Renaissance apparaît l'idée de mode et de différenciation entre les vêtements portés par les hommes et les femmes, créant ainsi un dimorphisme sexuel, dimorphisme qui ne fera que s'accentuer lors des siècles suivants. La fonction utilitaire se trouve alors reléguée au second plan et le vêtement devient un symbole fort dans la parade sociale des rangs et des conditions.

Dans cette « société du spectacle », le vêtement doit incarner le luxe, l'élégance et le raffinement. La dentelle emporte, dès sa création, un vif succès car, au même titre que les bijoux, elle est un produit de luxe que l'on aime posséder et exhiber afin demontrer à tous son opulence. D'abord portée par les hommes, la dentelle va rapidement devenir une étoffe permettant d'exalter la féminité. Si le XIXème siècle bouleverse nombre de codes et de modes, la dentelle réussit néanmoins à conserver les faveurs des femmes en investissant notamment sa lingerie.

Tantôt dessus, tantôt dessous, la dentelle a accompagné la femme dans son émancipation et c'est ce qu'Isabelle Ivon se propose d'aborder en retraçant l'histoire de la mode et de la lingerie depuis la Renaissance jusqu'à nos jours.

Luxe, dentelle et podium


Dimanche 18 octobre à 15h

Conférence animée par Isabelle Ivon


La dentelle fut dès sa création un produit de luxe que les plus fortunés aimaient posséder et exhiber. Si de nombreuses lois, dites somptuaires, tentent de canaliser les dépenses en matière de luxe, il semble qu'elles n'aient eu que peu de résultats. En 1665, la politique à son égard se modifie puisque de prohibitionniste, elle devient protectionniste, notamment avec l'ouverture de la Manufacture royale des points de France. La dentelle connaît un véritable âge d'or durant quasiment tout l'Ancien Régime.

Au XIXe siècle, la dentelle, toujours très plébiscitée, voit son usage se démocratiser notamment grâce aux Grands Magasins et à l'essor de la dentelle mécanique. De nombreuses dentelles fabriquées entièrement à la main ne survivent pas au XXe siècle. La dentelle mécanique, en revanche, vit de belles heures et trouve même de nouveaux débouchés en investissant la lingerie. Si la dentelle a été omniprésente dans la mode depuis sa création, ses liens avec la Haute-Couture sont également très privilégiés. La dentelle s'affiche dans des créations signées Dior, Chanel, Balenciaga, ainsi que chez Yves Saint-Laurent, Christian Lacroix … Des créateurs, un peu moins connus du grand public mais néanmoins très talentueux, tels Eymeric François ou Darja Richter, travaillent également la dentelle dans des créations sophistiquées alliant élégance et modernité.

Dans cette conférence, Isabelle Ivon s'intéressera au rapport qu'entretient la dentelle avec le luxe, la mode et la Haute-Couture.